Un couple d’Ottawa honoré pour son dévouement auprès des patients et des familles de l’Institut de cardiologie

Bill et Elva Holland ont récemment été honorés pour leur travail bénévole au sein du Groupe de soutien pour les cardiaques (OHSG) à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa. L’OHSG fournit de l’information et du soutien pour réduire la peur, l’anxiété et la détresse émotionnelle chez les patients et les familles.

Lorsque les Holland ont su qu’une partie de l’aire de réadaptation cardiaque serait nommée en leur honneur, ils étaient à la fois honorés et très heureux. « J’étais sous le choc », dit Eva. « Ça me fait extrêmement plaisir, dit Bill. C’est ici, en réadaptation, que tout a commencé. Et tout d’un coup, de savoir que notre nom sera inscrit là-haut… » La nouvelle le laisse sans voix.

Le programme de réadaptation cardiaque a effectivement donné naissance à l’OHSG, mais c’est aussi à cause de lui que Bill et Elva ont commencé à s’impliquer dans le groupe.

Avant d’être le président de l’OHSG, Bill a d’abord été un patient de l’Institut. Après avoir subi une première opération à cœur ouvert, il a été inscrit à ce qu’on appelait à l’époque un « cours de gestion du stress ». Comme il avait des problèmes de coagulation, il ne pouvait commencer la réadaptation cardiaque tout de suite. Le cours, réparti sur sept semaines à raison d’une séance par semaine, portait sur les méthodes de réduction du stress. C’était l’ancêtre de l’OHSG.

David Rattray, membre du conseil d’administration de la Fondation de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa, a subi une opération cardiaque en août 2003. Peu après avoir terminé ses 13 semaines de réadaptation, il est allé prendre un café avec Hugh McDowell, qu’il avait côtoyé dans les scouts. Ensemble, ils ont discuté de l’importance, pour les patients comme eux, d’avoir accès à un soutien continu pour maintenir de saines habitudes de vie. C’est ainsi qu’ils ont décidé de créer l’OHSG.

Au début de 2004, Bill et Elva ont assisté à la rencontre qui soulignait la fin de la réadaptation cardiaque de Bill et d’autres patients. Lors de cette rencontre, Hugh a invité les gens à s’inscrire à un nouveau groupe de soutien. « Je ne l’aurais pas fait, mais Elva m’a donné un coup de pied, alors je me suis exécuté », dit Bill en riant. L’OHSG était né, à l’époque dirigé par David Rattray et Hugh McDowell.

David et Hugh ne participent plus à la gestion courante du groupe, mais continuent d’offrir leur aide à Bill et Elva au besoin. « Sans le dévouement et le leadership à toute épreuve de Bill et Elva, l’OHSG n’aurait jamais autant grandi ni fait autant de bien à autant de personnes, dit David. C’est un couple remarquable que je suis heureux de compter parmi mes amis. »

Treize ans plus tard, l’OHSG, que pilotent Bill et Elva, compte plus de 200 membres. Chaque mois, les six membres du comité de direction se réunissent pour planifier les rencontres, et six autres bénévoles s’occupent des rappels téléphoniques auprès des membres.

La mission de l’OHSG est principalement éducative. Les médecins viennent y discuter de sujets comme les salles d’opération hybrides, les techniques d’imagerie, les électrocardiogrammes et d’autres sujets pertinents pour les patients et leurs familles. « Nous encourageons les couples à venir ensemble, car c’est souvent le conjoint ou la conjointe qui aide la personne malade à traverser les moments difficiles », dit Bill.

« Nous avons des conférenciers exceptionnels », poursuit-il. Les conférences sont une occasion, pour les patients, de communiquer plus librement avec les professionnels. « Ça plaît aussi aux médecins, qui ont ainsi la chance de parler aux patients dans un autre contexte. La période de questions après la conférence leur permet de dialoguer ensemble », dit Bill. Bien que la conférence se termine à 20 h 30, ajoute-t-il, « il y a des médecins qui restent jusqu’à 22 h ».

Sur le plan de l’éducation, note Bill, certains médecins ont le don de tout dire en peu de mots. « Par exemple, le Dr Higginson a déjà dit : “Quand on est un patient, on fait partie d’une équipe. Chaque personne qui travaille à vous guérir fait partie de votre équipe.” Il encourageait les patients à prendre leur santé en main et à ne pas oublier de faire vérifier leur cholestérol. »

Bill et Elva ne pensaient jamais être un jour responsables de l’OHSG. « Tout a commencé avec les opérations de Bill », dit Elva. Le groupe a pris un certain temps à grandir. Pour attirer plus de participants aux rencontres, Elva et Bill ont utilisé une méthode éprouvée : le bon vieux téléphone. « Trois jours avant les rencontres, nous faisions des rappels téléphoniques auprès de nos membres. Nous avons aussi commencé à publier une infolettre d’une page », dit Elva. « Maintenant, elle a deux pages », précise Bill. « Je l’écris, et Elva la corrige. »

Le succès du groupe se voit non seulement à sa taille, mais aussi aux commentaires que Bill et Elva reçoivent. Souvent, les membres leur envoient des courriels pour dire qu’ils ont aimé tel ou tel conférencier ou tel ou tel sujet. « Les conférenciers suscitent beaucoup d’intérêt chez nos membres », dit Bill.

Les Holland attribuent une bonne part du succès de l’OHSG aux bénévoles qui travaillent avec eux. Entre autres, le vice-président de l’OHSG, Michael Pinfold, met au service du groupe un bagage d’expériences et de compétences uniques en tant qu’ancien pilote et commandant des forces navales. « Il nous donne de la crédibilité, dit Bill. Il part de Kemptville pour assister aux rencontres, et il n’en rate jamais une. » Mary Cameron, retraitée de Bell Canada, se charge de la comptabilité et des deux grands événements annuels du groupe : le pique-nique estival et le party de Noël. Son mari, Roy Cameron, s’occupe de recruter les bénévoles et de préparer la salle avant les rencontres.

En plus d’être bénévoles à l’OHSG, Bill et Elva sont aussi de fidèles donateurs du programme Un cœur d’or, qui souligne le dévouement du personnel de l’Institut de cardiologie en remettant une épinglette dorée aux lauréats et lauréates. Les Holland donnent personnellement au programme pour honorer cinq ou six médecins par année, dont la plupart, y compris les Drs Mesana et Ruel, ont donné des conférences à l’OHSG.

Elva et Bill adorent soutenir l’Institut de cardiologie comme bénévoles. « Nous y prenons beaucoup de plaisir », dit Elva, ce à quoi Bill ajoute : « Ce que j’aime, c’est le savoir qu’on acquiert. » Elva renchérit : « Ce que j’aime, moi, ce sont les gens… Les patients et tous les médecins… L’Institut de cardiologie est un endroit vraiment incroyable. Mary Sue Evans, de la Fondation, est aussi merveilleuse. »

Lorsqu’on lui demande s’il a des objectifs pour l’avenir de l’OHSG, Bill accompagne sa réponse d’un clin d’œil : « 87 ». Il a un petit rire avant d’expliquer qu’il se donne jusqu’à 87 ans pour continuer ses activités bénévoles. Il vient d’avoir 78 ans. Ancien ingénieur dans la Marine — il a servi pendant 30 ans et été réserviste pendant 7 ans —  il sait ce que c’est de travailler fort et de faire partie d’une équipe. Elva n’est pas en reste, puisqu’elle a travaillé au service de comptabilité de Bell Canada pendant 33 ans.

Les Holland ont du plaisir à faire du bénévolat ensemble. Ils siègent aussi au Comité consultatif sur la participation des patients en recherche. « Nous sommes toujours ensemble, dit Bill. Mon père insistait sur l’importance, pour la solidité du couple, de faire des choses ensemble qui plaisent aux deux personnes. »

« C’est quelque chose qui nous plaît beaucoup à tous les deux, et ça nous empêche de faire des mauvais coups! », ajoute Elva.

Leur engagement envers l’Institut de cardiologie est motivé par leur expérience personnelle, mais ils tiennent aussi l’Institut de cardiologie et son personnel en haute estime. « Les médecins, la Fondation… ils sont si bons pour nous, si ouverts », dit Elva.

Les Holland encouragent les patients et leurs familles à se joindre à l’OHSG. Ils estiment que l’idée d’ouvrir le groupe aux conjoints et aux familles a été un facteur clé de son succès. « Nous encourageons les familles à se joindre au groupe. Tout le monde est le bienvenu », dit Elva. Certains membres viennent d’aussi loin que Hudson (QC) ou Cornwall pour assister aux rencontres.

Bill se souvient encore d’un moment qui a marqué la toute première rencontre à laquelle il a assisté. Il écoutait le médecin qui donnait la conférence et s’est dit : « Il y a toute cette connaissance derrière ma petite cicatrice. » Ce moment a renforcé la détermination de Bill et Elva à faire bénéficier les autres patients et leurs familles de ce genre d’information.

Environ 160 personnes se sont présentées à la cérémonie d’inauguration en l’honneur des Holland. Bill et Elva étaient particulièrement touchés de voir que les Drs Chamoun et Mesana étaient présents. « Tout a commencé dans cette petite pièce », dit Elva. D’une pièce exiguë à un vaste auditorium, c’est grâce à tous les efforts des Holland et à leur détermination à aider les autres que l’OHSG compte aujourd’hui plus de 200 membres et continue de croître. Bien qu’ils soient trop humbles pour le dire eux-mêmes, Bill et Elva Holland ont véritablement deux cœurs en or.

Pour plus d’information sur le Groupe de soutien pour les cardiaques (OHSG), rendez-vous au : http://www.ottawaheartsupportgroup.com/ (site en anglais seulement).